Kaori and Tetsuo's diary

Tag :

bébé

Fil des billets

Sourire sur le chemin du retour

dans la catégorie Les minots

Nous avons convenu de renommer l'Escargot en le Crabe. Le choix, au départ, c'était pour la propension très marquée a faire des bulles. Et puis maintenant qu'il se déplace activement et ce avec une démarche très particulière mais très efficace, il semble que le petit dernier s'apparente plus au crabe qu'au gastéropode. Notez, le crabe sait très bien faire des bulles, on n'a pas choisi n'importe comment.

Ça, c'était l'intro.

L'autre évolution, c'est que le Crabe est nettement moins accro à sa maman et ça lui fait du bien (à Kaori) qu'il (le Crabe) lui lâche les baskets (à elle, et ce n'est pas qu'une image, le coup de lui lâcher les baskets). Du coup, il s'intéresse aussi beaucoup plus à moi et depuis lundi (avant hier) quand je rentre du travail et qu'il me remarque j'ai droit à un bien bel accueil. Il se précipite dans cette démarche bien particulière, un quatre pattes bizarre à base de deux mains,un genoux (le gauche) et un pied (le droit). Et il s'accroche à mon pantalon pour se mettre debout et que je le câline. Ça, ça file vraiment la banane. D'ailleurs, je file, je me demande si aujourd'hui encore je vais y avoir droit.


Un peu de spleen pour commencer

dans la catégorie Les minots

Je crois que je n'ai jamais écris sur ce blog ! sans doute refroidie par l'expérience du premier...par un certain manque de temps aussi, de motivation peut être...bref j'ai eu à plusieurs reprises l'envie d'écrire quelque chose mais pas écouté cette envie!

J'ai envie de parler de mes deux loustics...ceux qui ont transformé ma vie d'une façon radicale ! Il y a des jours où je me sens usée, fatiguée, vieille ...parce que deux gosses faut reconnaitre que ça te pompe toute ton énergie ! Je crois que même lorsque je cumulais boulot /boite de nuit/ fac, j'étais moins fatiguée...sans doute parce que j'étais plus jeune, plus apte à récupérer rapidement ! Là une veille jusqu'à minuit/une heure et je me sens comme s'il était 4h du mat'...oué c'est dur de vieillir et j'ai 33 ans...

Oui mes deux loustics...je les aime, je les adore, je n'imagine pas revenir en arrière et ne pas les avoir et pourtant ! ils sont relativement gentils, ne font pas de bêtises excessives, dorment plutôt bien la nuit et pourtant ils sont usant......

Crapaud était un bébé plutôt calme qui savait rester seul : dans le transat, le parc, la poussette...un peu n'importe où en fait, pas très demandeur...l'Escargot lui a une tendance pot de colle, les bras c'est son endroit préféré, les siestes il les préfère courtes et de préférence loin du lit...c'est un speed, calme que lorsqu'il dort... Crapaud à 2 ans passé dispose de plein d'énergie, il a envie de courir, de jouer, il a très souvent envie de câlins aussi, qu'on s'occupe de lui un peu..normal cela dit...parfois j'ai du mal à répondre à ce besoin, l'Escargot me pompe déjà tellement qu'il me reste finalement peu pour le Crapaud ...et quand je prends sur moi que je fais mon maximum pour répondre aux besoins des deux, c'est là que moi je me perds...je suis à 100% dans mon rôle de maman, mais je me retrouve seule, isolée, vidée, découragée...

Parce que toute la journée à la maison avec deux enfants en bas âge y a moyen parfois de péter un plomb...je ne sais pas comment font les femmes qui restent au foyer toute leur vie, celles qui ne font pas 2/3 enfants mais 4, 5 et plus!

Je crois qu'il faut trouver un juste milieu : mais il est où ce juste milieu ? comment faire pour le trouver ? Est-ce que je dois moins donner à mes gosses pour me sentir mieux ? Mais est-ce qu'en donnant moins je me sentirais mieux ?? je n'ai pas l'impression !

Je me rends compte que c'est un peu amer ce que j'écris...pourtant je suis heureuse, je ne dis pas le contraire mais fatiguée physiquement ça c'est sûr et moralement aussi sans doute...j'ai peut être trop cumulé de choses sur une courte période finalement ! Entre 2007 et 2009 : on a fait construire et aménagé notre maison, fait un déménagement... j'ai eu deux grossesses, j'ai subi une amniocentèse (un peu de stress pour pimenter la grossesse), 2 accouchements (loin d'être rose tous les deux,) ...on est passé de 2 à 4 donc plus de ménage, plus de courses, moins voire pas de sorties ou de we à 2...

Peut être que ce serait plus facile si on avait de la famille proche à côté ...c'est là où je rêve d'avoir une maman qui sois proche de moi ...proche de chez moi chez qui je peux déposer les gosses le temps d'aller faire un peu de shopping, qui viendrait m'aider de temps en temps...d'avoir mes sœurs pas loin qui pourraient emmener mon grand en ballade ou encore qui viendraient faire du baby-sitting pendant une sortie à deux au resto...

oui pas bien de se plaindre...mais en fait non je me plains pas, c'est juste que je suis très fatiguée...ça va passer!


Rétrospectiver

dans la catégorie Les minots

Il y a deux ans, soit 731 jours (année bissextile aidant), il faisait à peu près le même temps. En tout cas, il y avait la même lumière chaude de ce soleil pourtant hivernal. Elle nous faisait une sorte de cocon douillet, à nous qui se dirait dorénavant nous trois. Le crapaud faisait partie de notre vie. Je ne savais pas que l'émotion qui me laissait tout juste balbutier "Je suis Papa" dans le téléphone serait doublée, vingt mois plus tard...

100210-1.jpg

il y a quatre mois, quasiment à la minute près où j'écris ces lignes, je m'effondrais quasiment sur la poussette du Crapaud. Il n'a pas dû bien comprendre pourquoi j'avais cette voix inhabituelle ni ce qui mouillait mes joues et mes yeux. La tension et la peur retombaient, laissant la place à nouveau à une folle émotion au moment d'annoncer "Tu as un petit frère, maintenant". Avec l'Escargot, nous se dit nous quatre.

100210-2.jpg


Entamer une nouvelle décennie

dans la catégorie Les minots

Cette période de l'année est propice aux bilans. Aux chapitres des trucs qui ne me feront pas regretter 2009, il y en a un certain nombre, concernant surtout du matériel, surtout sur la fin de l'année.

  • flingué une moto
  • flingué une jante + un pneu
  • Il s'est avéré que juste avant de péter la jante on ait photographié l'auto en excès de vitesse
  • Il s'est avéré qu'on n'avait pas mis la carte grise à jour (majoration de la prune, total de 375 €)
  • Bon, comme contrairement à ce que la maréchaussée croyait, ce n'était pas moi mais Kaori qui conduisait, on a pu annuler la majoration.
  • Du coup on a découvert qu'on devait 90 € pour 57 km/h , retenu 52 au lieu de 50...
  • flingué une télé.
  • flingué un embrayage sur une bagnole de moins de 80 000 km.
  • fait remorqué ladite auto sur 500 m grand max pour une somme forfaitaire à trois chiffres. Majorée car un samedi, snif.
  • Je passe sur toutes les agaceries qui partent en vrille, toujours sur la même auto (leviers de réglages du siège, régulation de chauffage, antipollution...). Dans la mesure du possible, nous n'achèterons plus de véhicule français à l'avenir.
  • fait remorqué l'autre voiture pour cause de plus de carburant sur l'autoroute. Pour une somme forfaitaire à trois chiffres. Majorée car appuyé sur le bouton de la borne quatre minutes avant huit heures (dépanneur arrivé après 8h30).
  • J'ai pas précisé, mais notre assistance dépannage à une franchise de 50 kilomètres. C'est quoi, la probabilité pour que l'assistance 0 km serve pour trois véhicules différents la même année ?
  • Du coup, raté mon train. En retard toute la journée ensuite, notamment parce que j'ai croisé la première des cinq victimes d'un cinglé armé d'un couteau... Relativisons, je n'ai pas vu le cinglé en question.

Globalement, ce ne sont que des tracas de braves nantis.
Parce que 2009, ce n'est quand même pas que ça.

Déjà, on a l'Escargot qui nous a rejoint, même si les quelques minutes précédant son arrivée sont probablement les plus traumatisantes que j'ai vécues. Mais il est tellement beau, gentil. Encore un bébé de publicité.
Et puis son grand frère n'est pas en reste avec tous ses progrès qui me rendent si fier de lui. En ce premier samedi de l'année, il m'a encore comblé. Dans la belle lumière de fin de journée au bord du fleuve, nous nous baladions en regardant le spectacle local : Des gens qui sortait une barque de l'eau. Comme nous, une demi-douzaine de personnes profitait de l'animation locale. Indifférent à toute timidité, le Crapaud a répondu à un bonjour en serrant méthodiquement la main de chaque personne. Puis plus loin, il a remis ça avec un couple de petits vieux charmants et charmés. Je ne boudais pas mon plaisir, style "Mon fils est génial".

Ensuite, nous sommes retournés à l'endroit où Kaori m'avait annoncé qu'on allait être un de plus. L'endroit est toujours super beau et du coup, on y était à quatre, cette fois... Et même si le froid m'a empêché de mitrailler les deux petits, j'ai réussi à faire une photo honnête du Crapaud parmi une trentaine.

image


Attendre, flipper, pleurer, pouponner

dans la catégorie Les minots

Ça fait maintenant huit jours que l'Escargot est venu agrandir la famille. Réveil vers deux heures du matin, à la maternité à cinq heures et demie, bébé était là à sept heures cinq. Mais quelle épreuve : pas de péridurale parce que la maternité était débordée et plus de salle d'accouchement équipée pour ça. Ajouté à un garçon un peu costaud un travail rapide et douloureux, la dernière demie-heure tenait de la torture.
Je n'étais que spectateur, mais lire la panique et la terreur dans les yeux de Kaori, même si ça n'était rien en comparaison de ce qu'elle traversait, c'était une expérience que je n'aurais jamais cru possible. Mes pires épreuves, à côté, de la douce rigolade. Il parait qu'on oublie les instants les plus affreux de notre existence. Je l'espère, et à plus forte raison pour ma petite chérie...

Et puis tout a cessé, quand l'Escargot est apparu. Le stress, la douleur, tout ça a fait place à l'émotion. On était à nouveau parents et tout ce qui avait précédé avait déjà quasiment disparu. Un beau petit garçon potelé en pleine forme, déjà accro dès les premières secondes aux seins de sa maman. Ce qui m'a frappé c'est qu'il avait déjà des grandes mains et des grands pieds, pas comme le Crapaud qui lui avait des tous petits doigts...

Enfin voilà. Nous voilà quatre, une nouvelle étape de franchie...